Compte rendu de mission Formation et d’Aide Technique à MADAGASCAR du 6 au 25 OCTOBRE 2004

Pour cette deuxième sessions d’aide à la jeune fédération malgache de vol libre nous avons, dans un premier temps, eu une action purement politique ( réunion institutionnel dans les divers ministères concernés, remise officielle du matériel donné,….), puis un repérage de site de PE et vol dans la région de TANANARIVE dans la perspective des prochaines formations. La deuxième partis fut consacrés essentiellement à la formation.

Logistique/Site

Contrairement au premier stage, nous n’avions pas suffisamment de véhicule à disposition et avons du souvent faire deux rotations pour nous déplacer sur la PE., et site de grand vol, ce qui, vu l’importance des groupes a créé une certaine inertie.

Nous avons utilisé le site de PE, dit de la Femme Couchée ( 7 Km au Sud d’AMBALAVAO) déjà utilisé utilisée lors des premiers stages. Ce site reste néanmoins parfait pour un apprentissage en sécurité, même si nous cherchons toujours un autre site plus à l’abri de la dominante météo ( E, NE)

Pour les grands vols nous avons réutilisés le site découvert et utilisés lors des précédents stages et qui est parfaitement adapté.

Encadrement

Franck HUILLIER BE de la Réunion entièrement bénévole

François LAURI Cadre technique Ligue
Nous ont rejoint en deuxième semaine : Arnaud BAUMY et Etienne MATTINA deux jeunes BE en voyage sur Madagascar et qui nous ont proposer une aide bénévole.

Ainsi que Denis CORTELLA venue lui aussi bénévolement nous aider et apporter son image de Champion de France 2004.

 Matériel

 Nous avons utilisés 6 voiles de PE et 5 voiles de grands vols ( matériel récupérer ici, à la Réunion, et offert à la FMVL) + trois voiles, un biplace et 11 radios prêté par la LVLR.

Stagiaires

 Le recrutement c’est, bien sur, fait localement par la FMVL. Les deux stages d’initiations furent constitués de 15 pilotes chacun ; à parité, société civile et armée, gendarmerie , police . Le stage perfectionnement était constitué de nos précédents stagiaires soit 18 élèves.

Il est bien évident que tous furent à la même enseigne, pas d’uniforme, ni grade, ni fonctions.

Contenu et déroulement

 Dans la continuité de la première formation de Juin, et avec un peu plus d’expérience du pays, autant au niveau humain qu’ aérologique, nous avons continué un travail de fond sur une autonomie autant au niveau de l’analyse et des choix en découlant que purement technique. Il est en effet important que ces pilotes puissent continuer leur apprentissage hors de nos venues. Nous leur avons donc apporter des bases techniques suffisantes pour qu’ils puissent continuer un travail au sol en notre absence (différentes techniques de gonflage, tangage variation vitesse pilote voile, roulis- replacement, tempo,….). Des supports vidéo, ainsi que quelques livres de théories leur ont été laissé. Des bases simple (essentiellement basé sur l’observation), pour une autonomie d’analyse météo et aérologique, leur ont aussi été apportés.

Les 3 formations se sont déroulées sur 12 jours pleins à raison de deux groupes d’initiations de 4 jours et un groupe de perfectionnement ( composé de tout nos stagiaires de Juin) sur 4 jours également. L’importance des groupes, composés en moyenne de 15 élèves, nous ont obligés à une grande disponibilité et adaptation. Le matériel récupéré et moyennement adapté à la PE ne nous a pas facilité la tache.  Les problèmes de compréhension (le français restant une langue étrangère) de certain ont été palliés par une synergie de groupe, certain traduisant pour d’autres, et une gestuelle répétée.

Le besoin de support visuels nous a parut encore d’une grande nécessité et nous espérons avoir suffisamment d’image et de temps pour leur en laisser un la prochaine fois

Les conditions aérologique furent plus forte ( condition d’été) qu’au mois de Juin. Un break de 12 à 16 h , mis a profit pour les cours théoriques, était indispensable à cause de fortes brises. L’utilisation des créneaux du grand matin ( à l’aube ) furent vite adoptés….

L’ensemble des stagiaires ont montré une énorme motivation , et dans l’ensemble de bonnes capacité à l’apprentissage du parapente.

Notre pédagogie c’est vraiment adapté aux réalités d’un enseignement tenant compte des divers contraintes du pays et de notre partenariat avec la FMVL. Cet état de fait ,nous a permit et incité , avec tous les moniteurs, a de profondes discussions et remises en questions des enseignements plus traditionnels.

Avec tous les groupes nous avons aussi effectué un gros travail de fond sur l’avenir de l’activité à Madagascar . Il est en effet important qu’ils prennent en main leur avenir, se structurent au sein de club, s’investissent dans leur ligue et fédération, afin que notre action reste du partenariat . Un suivit et des contacts E mail réguliers, leur a été proposé  et fonctionne déjà. Aux dernières nouvelles les entraînements sont réguliers et se passent bien.

Il est à noté que pour cette session, une association «  Sauveteur Sans Frontière » de la région de Nice, c’est joint à nous afin déjà de former les pilotes aux premiers secours.

De plus, l’idée générale du développement du vol libre dans ce pays, afin aussi d’y attirer du tourisme, ne peut se concevoir sans un minimum de sécurité active. La commune d’Ambalavao ayant une ambulance, l’association a donc doté l’hôpital d’un matelas coquille et divers matériels de premiers secours. Le formation a l’utilisation de ce matériel spécifique a donc été effectué auprès du personnel hospitalier . Cette action devrait pouvoir se renouveler lors des prochains stages et dans d’autres communes concernés par le vol libre.

Perspectives

 Un calendrier de formation a été mis en place jusqu’à fin 2005, à raison, d’au minimum, 2 missions de 3 semaines avec ( au minimum) 2  formateurs par an (octobre et Juin).

 Des sites dans la région de Tananarive ont été trouvé ce qui simplifiera certaines formations et surtout les séances d’entraînement  PE pour les stagiaires ( les plus nombreux ) de cette région.

Les stagiaires des autres régions cherchent de leur coté des sites appropriés que l’on visitera à notre prochain passage. Chacun des gros clubs de ces régions c’est vu doté de 2 voiles de PE.

Il est évident qu’un manque important de matériels se fait sentir . Pour ce faire , Denis Cortella centralisera tout les dons en voile ,sellettes, casques venant de métropole. Après vérification, certaines seront destinés uniquement à la PE, les autres seront resuspentés directement sur Madagascar ( ceci permettant ainsi un investissement réel sur place) la matière première étant donné par Denis. Le convoyage de ces ailes reste encore à trouver.

Je me chargerais des dons en provenance de la Réunion.

Ce matériel nous permettra de doter ainsi les nouveaux clubs et de permettre à tous de continuer leur apprentissage.

La finalité de tous ceci, reste bien sur la même que les bases de notre partenariat, soit à terme une autonomie du vol libre malgache et pour ce faire des formations de moniteurs.

Notre prochaine mission aura lieu en juin 2005. Cela nous permettra, un an après, d’établir le premier bilan de notre partenariat.

BILAN

 Cette seconde formation a permis de voir les premiers pilotes malgache, dont la première femme ( épouse du secrétaire général des sports) voler véritablement de leur propres ailes et ainsi donné une dimension et une motivation réelle à la Fédération Malgache de Vol Libre. La médiatisation, les rencontres divers avec les institutions, la dynamique de notre venue avec la présence essentielle de Bernard LUCERINO Président de la LVLR  ont permit une véritable prise de conscience de la dynamique Vol Libre à MADAGASCAR mais aussi du travail à encore effectuer.

Pour nous, ce fut encore une formidable aventure humaine et pédagogique,  mais aussi la sensation que l’investissement et l’énergie dépensé l’ont été à bon escient. Ceci étant, en finalité, le salaire de tous bénévoles….

Je ne peux manquer encore une fois, de finir ce rapport sans remercier Charly Diebold qui a mis, et met énormément d’énergie pour que le vol libre continue à vivre à Madagascar, merci aussi au président de la FMVL qui a été très présent aussi pendant notre venue, ainsi qu’au Moniteur BE Bénévoles, Franck HUILLIER déjà présent lors de la première mission , Etienne MATINA et Arnaud BAUMY , et Denis CORTELLA qui c’est entièrement investit dans la formation et le relationnel, mais aussi dans le long terme.

Laisser un commentaire